La Zizanie solaire d’Augustin Mouchot

1978 est la grande année du solaire en France. Le COMES (Commissariat à l’Energie Solaire) est créé, première « administration de mission » exclusivement consacrée à l’énergie du soleil. Elle disparaîtra en 1982, remplacée par l’Agence Française pour la Maîtrise de l’Energie (AFME).

C’est également l’année où sort en salle au mois de mars un film de Claude Zidi, La Zizanie, qui connaîtra un bon succès dans l’hexagone (bien qu’inférieur à L’aile ou la cuisse), lequel le porte à la 9e place des entrées annuelles.

Il rencontre un succès plus important encore en Allemagne (de l’Ouest), ce qui n’est sans doute pas très étonnant vu la trame très environnementaliste qui structure le film. (plus de détails : http://www.boxofficestory.com/la-zizanie-louis-de-funes-et-annie-girardot-box-office-a127315608

Il s’agit d’une comédie qui mêle farces et satyre sociale :

Des « technologies environnementales innovantes » doivent être vendues aux Japonais, qui sont la puissance industrielle montante de l’époque (bien que le chèque soit au final sans provision).

L’épouse de l’industriel a la passion des plantes et un petit jardin sous serre, et elle emmènera à la fin du film son mari en Ardèche élever des moutons et tisser des pulls en laine.

Le médecin local souhaite lancer une liste écologiste d’opposition contre l’industriel, qui est le maire en place, et il réussira au final à prendre sa place.

A plus de 45 ans de distance, l’actualité pour notre époque des thématiques du film laisse perplexe, et peut même inquiéter… Avez-nous si peu avancés sur ces débats ? …

En effet, au début surtout, en quelques instants, l’entrepreneur joué par Louis De Funès fait découvrir dans son atelier plusieurs dispositifs techniques à ses potentiels clients japonais. Ces dispositifs sont encore, bien que légèrement modifiés, des éléments de débat de notre contemporain et de la lutte contre le réchauffement climatique. 

La scène du cuiseur solaire est un hommage à l’énergie solaire et au travail d’Augustin Mouchot qui, le premier, à Tours puis à Paris, cuira avec un grand succès médiatique des rôtis à la seule chaleur du soleil.

Dès 1870, le magazine d’information et de vulgarisation scientifique grand public Le Magasin pittoresque titre ainsi, tout en reprenant sur 3 pages des dessins et extraits de l’ouvrage de Mouchot paru l’année précédente : Moyen de faire cuire le pot-au-feu et rôtir la viande au soleil.

Le rédacteur semble annoncer la scène de La Zizanie :

« Si quelque fabricant ingénieux parvient à vendre à bas prix un appareil semblable à l’un de ceux qui viennent d’être décrits, nous ne doutons pas que beaucoup de personnes ne prennent plaisir à les expérimenter, et si elles sont satisfaites des résultats obtenus, elles se passeront de bois ou de charbon les jours où le ciel sera pur. On placera le pot-au-feu ou la rôtissoire dehors, à l’air libre, et on laissera aux rayons du soleil le soin de cuire et rôtir la viande et les légumes ».

En mai 1878, à l’ouverture de l’Exposition Universelle, la presse s’enthousiasme également des démonstrations d’Augustin Mouchot, qui est en retard dans la finalisation de son grand moteur solaire. Le journal Le XIXe Siècle écrit ainsi le 20 mai :

« Par le soleil radieux qui brillait dans la journée l’ébullition de l’eau, même dans le verre, a été obtenue rapidement à la grande satisfaction des spectateurs. Ce qui a surtout frappé ces derniers, c’est le peu de temps qu’il a fallu pour rôtir une pièce de bœuf. En vingt minutes, le rôti était à point ; ceux qui ont pu le goûter l’ont trouvé parfait. Ces essais ne seront pas la moindre attraction de notre superbe Exposition et préluderont brillamment aux essais plus décisifs qui auront lieu au Trocadéro avec le grand appareil de 6 mètres de diamètre dont on fait en ce moment l’installation ».

La cuisson solaire est une manière de sensibiliser et d’éveiller à l’énergie du soleil, en même temps, avec le séchage, que la moins onéreuse et la plus immédiatement rentable de toutes les applications.

On a observé l’année dernière le lancement d’une boulangerie solaire dans l’Ouest de la France :

https://reporterre.net/Ce-boulanger-normand-cuit-son-pain-a-l-energie-solaire

Et le livre

https://www.solarbrother.com/acheter/la-boulangerie-solaire/

Et l’on a annoncé récemment, pour mai 2024, l’ouverture du premier restaurant 100% solaire à Marseille.

https://www.instagram.com/reel/Cz5jTrJNe1t/?igshid=MTc4MmM1YmI2Ng==

Pas de quoi, encore, mettre « la Zizanie » dans les politiques énergétiques de l’Etat français, mais à coup sûr une bonne nouvelle…

Merci à Augustin Mouchot d’avoir ouvert la voie !

(et merci à Wahel Rachid, doctorant à l’Institut Français de Géopolitique, de nous avoir fait découvrir cet extrait.)

 



Citer ce billet
Frédéric Caille (2023, 24 novembre). La Zizanie solaire d’Augustin Mouchot. Augustin Mouchot. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rn2l

Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search