Les rues d’Augustin Mouchot 3 : Tours

La cathédrale de Tours, à quelques centaines de mètres du logis d’Augustin Mouchot

Le 22 octobre 1864, ayant demandé Nevers ou un lycée voisin, Augustin Mouchot est nommé professeur de mathématiques au lycée impérial de Tours.

Moins d’un mois plus tôt, le 17 septembre, pour la première fois, son nom a été prononcé durant la séance hebdomadaire de l’Académie des Sciences, à Paris, à propos des expériences d’Alençon, en 1861.

Continuer la lecture de « Les rues d’Augustin Mouchot 3 : Tours »

Les rues d’Augustin Mouchot 1 : Semur-en-Auxois

C’est par ses rues, peut-être, que l’on peut le mieux commencer à s’approcher d’Augustin Mouchot.

Et pas seulement par celle du confinement final, celle dont nous avons déjà parlé, la rue de Dantzig, Paris 15e, la rue des plus de vingt années d’attente de l’éclipse totale. 

Continuer la lecture de « Les rues d’Augustin Mouchot 1 : Semur-en-Auxois »

Nous sommes tous confinés avec Augustin Mouchot

Nous ne le savons pas encore, ou pas toujours, mais notre premier voisin est mort en 1912.  A Paris, seul, alors qu’on lui avait retiré son épouse pour la seconde fois et pour la jeter aux asiles. Le commissaire du 15e, la Préfecture de police avaient prétendu confiner Pierrette pour protéger le vieil homme qui allait sur ses 84. Mais c’était lui, un peu sourd, demi-aveugle et impotent, qui était rendu à la solitude sans sortie d’une petite chambre mal éclairée. 

Continuer la lecture de « Nous sommes tous confinés avec Augustin Mouchot »

Augustin Mouchot

Augustin Mouchot (1812-1925) est l’inconnu le plus important de notre époque.

Pionnier international incontesté des usages modernes de l’énergie solaire, il demeure ignoré de l’histoire dominante et officielle des énergies, ou son travail minoré.

Loin d’être pourtant seulement un précurseur de premier plan des utilisations thermiques et thermodynamiques du rayonnement solaire, il envisagera les modes de conversion de l’énergie les plus récemment rediscutés, telles l’électricité thermosolaire ou la décomposition-photolyse de l’eau pour produire de l’hydrogène.

Il ne sera pas non plus un « inventeur isolé », mais bénéficiera de nombreux soutiens, de financements et d’évaluations positives de la part des autorités publiques.

Ce carnet de recherche accompagne et complète le premier projet éditorial biographique qui lui soit exclusivement consacré.

On y trouvera des documents et archives inédits, des réflexions sur la valorisation et la conservation des rares lieux et matériels témoignant de son travail, des débats sur la réévaluation de ses résultats et des technologies solaires de basse température, des évocations de ses nombreux admirateurs et continuateurs jusqu’à nos jours.