Mouchot la colère

« J’irai sous la terre et, toi, tu marcheras dans le soleil ».

La phrase que crie à sa sœur Arthur Rimbaud au moment de mourir, et que rapporte Albert Camus en ouverture de L’Homme révolté, aurait sans doute pu être reprise par Augustin Mouchot :

J’irai sous la terre et, vous, vous marcherez dans le soleil.

Augustin Mouchot entre pourtant dans l’ombre avant d’aller sous terre, en 1881. Quarante ans d’avance, quarante ans à ruminer, pensons-nous, pas mal de colère.

A moins qu’il ne s’agisse que de la nôtre, de colère, en ces temps de fête du climat, de « faire sa fête » au climat…

Colère donc d’Augustin Mouchot contre lui-même, un peu sans doute. Mais surtout colère contre l’époque, contre les « incomprenants », les suiveurs, les intéressés, avides, ignorants.

La révolte est un surgissement de valeurs, « la certitude confuse d’un bon droit », d’être « en droit de », écrit Albert Camus.

Et l’« on voit que l’affirmation impliquée dans tout acte de révolte s’étend à quelque chose qui déborde l’individu dans la mesure où elle le tire de sa solitude supposée et le fournit d’une raison d’agir ».

La colère est une énergie

Augustin Mouchot est dans l’essentiel de sa vie d’homme actif un professeur célibataire, dévoué à ses enseignements, puis engagé dans un passe-temps solaire d’où lui arrive une découverte, un don des temps et du ciel, un présent inattendu qui pèsera comme un fardeau puisqu’il lui faut, pensera-t-il, en annoncer la bonne nouvelle.

Augustin Mouchot croyait s’amuser avec de la physique pratique et des rayons de chaleur : il va comprendre qu’il vient d’entrouvrir le futur de l’humanité industrieuse. Quant tout sera brûlé, sali, détruit, il restera toujours, aux humains supliants, le soleil…

Alors comment ne pas sentir de la colère quand, après les quelques salves d’applaudissements de l’Exposition de 1878, abandonné de tous, dépossédé de ses brevets par son jeune associé, privé matériellement et physiquement par son séjour algérien des moyens de poursuivre ses recherches – il est surendetté et une vilaine infection l’a rendu demi-sourd -, Augustin Mouchot doit lire le vilain rapport du physicien universitaire André Crova.

Le verdict expert rendu par ce dernier sur les appareils de Mouchot l’est sans « déclaration d’absence de conflits d’intérêts préalables », comme l’on dit aujourd’hui.

Et Crova fera une belle carrière, terminée en parfait notable, comme l’atteste sa fiche wikipédia. Taper sur le petit professeur Mouchot, et conclure que rien n’est à retenir de la concentration solaire et du travail de la vapeur qu’elle fournit, au moins pour la France, lui aura donc plutôt réussi.

Le diagnostic d’André Crova met effectivement en colère. Non pas seulement par sa conclusion dont il est aisé de montrer qu’elle consiste dans une lecture délibérée des chiffres dans le sens du verre « à moitié vide », du négatif, tout en ajoutant que les sales brumes de Montpellier, le vent, et quelques négligences des opérateurs ont tiré vers le bas les résultats…

En somme l’appareil marche, l’énergie solaire n’est pas négligeable, bien que sous-estimée par les relevés et les conditions d’expérimentations, mais quant à lui, tout en laissant bien entendu à chacun et à plus informé la responsabilité de… etc. etc. : il n’y croit pas.

Cette histoire n’est pas une histoire d’hier.

Et la colère d’Augustin Mouchot est aussi la nôtre, la mienne.

La nôtre contre ceux qui décident et ont décidé sans véritable débat de nous détourner du soleil et de sa force pour aller puiser le soleil noir, solide, aux fonds des fosses. C’est un combat de colère, et pas seulement de mots, et ce matin, aux Indes, une jeune femme de 21 ans nous dit-on, Disha Ravi, a été emmenée par la police, parce qu’elle militait pour des vendredi du futur, des grèves pour le climat, c’est-à-dire pour débattre de nos énergies.

Augustin Mouchot l’aurait aimée.

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20210214-inde-arrestation-d-une-militante-de-la-grève-pour-le-climat

La mienne pour la difficulté à faire publier le détail de la vie et des expériences d’Augustin Mouchot.

Comme si il était si difficile au moment où tout s’accélère, et où nous savons tous qu’il nous faut réorienter notre route, de regarder en face ceux qui les premiers ont eu raison.

Citer ce billet: «  Mouchot la colère », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 15/02/2021, https://mouchot.hypotheses.org/433.

Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search