Mouchot – Girardier : deux trous noirs de la mémoire solaire

C’est par ce que l’on tait, souvent, que l’on en dit le plus.

Et en histoire des énergies comme ailleurs, c’est en laissant dans l’ombre que l’on occulte.

Les cas d’Augustin Mouchot (1825-1912) et de Jean-Pierre Girardier (1934-2017), pour l’histoire de l’énergie solaire, sont à cet égard particulièrement représentatifs.

L’un et l’autre ont été évalués, jugés, historiographiés par une science d’Etat orientée par d’autres boussoles que le potentiel de puissance disponible, la performance technique ou l’intérêt d’usage pour les populations.

A un siècle de distance, avec chacun une reconnaissance internationale, des réalisations concrètes importantes, un début de mise en œuvre industrielle – beaucoup plus poussé d’ailleurs pour le second -, ils se sont trouvés l’un et l’autre, en dépit de leurs succès, évacués de la mémoire énergétique et scientifique nationale.

Jean-Pierre Girardier vers 1978

Il faut, pour comprendre cette étrangeté, ce hiatus, quitter le calme des compilations et des encyclopédies.

Il faut sortir des bibliothèques, s’extraire des archives institutionnelles déjà trop bien classées.

Il faut s’écarter des seuls outils historiens traditionnels que commencent à mobiliser, de manière souvent trop pressée hélas, les premières tentatives d’écriture de certaines formes « d’histoire des énergies alternatives ».

Il faut tenter, si l’on préfère, de regarder et d’écrire l’histoire de l’énergie solaire à la lumière d’un paradigme de l’enquête, à l’aune d’une micro-histoire sociale, technique et personnelle.

Village nord Sénégal, réseau électrique à 45 minutes de piste, une école, 2015

Car écrire l’histoire récente des énergies ne peut pas se réduire à un exercice académique comme les autres. Les conséquences, trop immenses, pèsent telles un couvercle.

Pour serait-ce que n’entrevoir quelque chose, ainsi que nous l’a dit et voudrait le montrer dans sa thèse en cours Alexandre Mouthon, l’important serait « d’ouvrir les moteurs et les machines », de se salir les mains et les ongles, de déplacer des poussières.

Même village que ci-dessus, panneau solaire abandonné, don d’une ONG

Mais aussi suivre les professeurs Tournesol dans leurs ateliers, relire les jalousies académiques derrière les rapports assassins, entrer dans les bureaux des puissants.

Dakar, Centre de Recherche sur les Energies Renouvelables, 2015

Soulever les dossiers de gouvernants qui, en achetant ou en discréditant des brevets, en fermant une usine, ont laissé s’envoler jusqu’aux cieux les courbes de CO2 et asphyxié tout et partie de la planète.

L’histoire des énergies est pour le XXIe siècle ce que celle des damnés de la terre était pour les deux précédents.

Pas juste un effort pour comprendre le monde. Un appel à le changer, une révolte contre les non-dits, l’insoutenable.

Jean-Pierre Girardier n’était pas historien mais il connaissait et portait haut le travail d’Augustin Mouchot. Il en partageait et l’esprit et la pratique, c’est-à-dire non seulement le questionnement technique des applications simples et usuelles de la thermodynamique solaire de basse température, mais également la conviction de leur intérêt social éminent, et notamment en Afrique.

Les trous noirs de la mémoire énergétique française ne sont pas nés de l’implosion de nébuleuses inconnues.

Et nous n’avancerons pas vers un autre futur, vers « le monde d’après », sans avoir mené jusqu’au bout les retours d’expériences du passé proche, la compréhension analytique et critique du temps des bifurcations manquées, des atténuations potentielles refusées de l’impact des énergies fossiles, des alternatives mortes-nées laissées sur le bord de la route.

Augustin Mouchot et Jean-Pierre Girardier ne flottent pas par hasard dans le néant amnésique.

Des processus, des procédures, des individus parfois ont contribué à nous voiler leurs efforts et leurs espoirs.

Et c’est pourquoi le regard porté sur la vie d’Augustin Mouchot, tel du moins que nous le concevons ici, n’est pas seulement l’occasion d’une escapade pittoresque dans un « steampunk solaire » de pacotille.

Mais la première pièce d’un puzzle.

Il est sûr, aussi, que toute vérité se paye.

Et qu’il n’est aucun jeu dans lequel toutes les cartes pourraient valoir atout.

Citer ce billet: «  Mouchot – Girardier : deux trous noirs de la mémoire solaire », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 30/05/2020, https://mouchot.hypotheses.org/376.

Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.