Augustin Mouchot en 10 dates

7 avril 1825

Naissance d’Augustin-Bernard Mouchot à Semur-en-Auxois (Côte-d’Or). Père : François-Saturnin, serrurier, fils d’un laboureur à Vignes dans l’Yonne. Marié le 7 février 1913 à Marie Roussin, fille d’un coutelier de Semur rencontrée lors de son apprentissage. Le couple aura 6 enfants. 

13 août 1845

Augustin Mouchot est reçu bachelier ès-lettres. Il devient l’année suivante maître d’école au collège d’Autun, puis deux ans plus tard au lycée de Dijon, avant d’être reçu bachelier ès-sciences, puis licencié ès-sciences mathématiques, puis ès-sciences physiques, et d’obtenir en 1853 un premier poste de professeur-adjoint de mathématiques pures et appliquées au lycée impérial d’Alençon.

4 mars 1861, à 1h30 minutes

A la préfecture de l’Orne à Alençon, Augustin Mouchot  dépose son premier brevet, « Pour un appareil dit : héliopompe, destiné à élever les eaux », pour une période de quinze années. 

19 septembre 1864

Première mention d’Augustin Mouchot dans la correspondance des Comptes Rendus des séances de l’Académie des Sciences, à Paris : Sur les effets mécaniques de l’air confiné, échauffé par les rayons du soleil ; par M. Mouchot. Il est nommé en octobre au lycée de Tours, après huit ans à Alençon et deux ans à Rennes.

2 juin 1869

Augustin Mouchot termine l’avant-propos de son ouvrage La chaleur solaire et ses applications industrielles, qui paraît dans l’été, chez Gauthier-Villars à Paris, et chez l’éditeur Mazereau à Tours. L’écho scientifique et industriel du livre, malgré la période, est notable, et son auteur en obtiendra du Conseil général d’Indre-et-Loire les moyens de construite un générateur solaire de 2,60 mètres de diamètre. 

28 avril 1877

Première lettre d’Augustin Mouchot au ministère de l’Instruction Publique, dans laquelle il évoque son installation en Algérie, suite à l’obtention d’une mission scientifique d’un an d’observations et d’expérimentations solaires.

29 septembre 1878

Rapport triomphal de 6 pages d’Augustin Mouchot au ministre de l’Instruction publique dans lequel il se réjouit des résultats du grand appareil solaire qu’il a réussi à installer au Trocadéro dans le cadre de l’Exposition Universelle de 1878 et qui « a mis sans peine en  mouvement une pompe élevant de quinze à dix huit cent litres d’eau par heure ». Il obtiendra la Légion d’honneur et la prolongation de ses expériences en Algérie.

11 et 25 janvier 1881

Premières assemblées constitutives de la Société Centrale d’Utilisation de la Chaleur Solaire, au capital de 1,6 millions de francs, sur le projet rédigé par Abel Pifre, jeune ingénieur centralien, assistant d’Augustin Mouchot à l’Exposition Universelle de 1878, désormais propriétaire de tous les brevets. Augustin Mouchot, retraité de l’Instruction Publique depuis le 1er juin 1880, a rompu toutes relations avec lui, et il rentrera définitivement d’Algérie en France, ruiné, en novembre 1881.

10 avril 1890

Dernière intervention publique d’Augustin Mouchot sur l’énergie solaire, dans le journal Le Rappel, suite à un article sur ce thème paru le 27 mars. Il y écrit : « Quant à la statue que vous rêvez pour moi, je l’échangerais de bon cœur contre les moyens de construire un appareil selon mes vœux ». Il publiera deux ans plus tard Les nouvelles bases de la géométrie supérieure (géométrie de position), son second et dernier ouvrage de mathématiques. Il a soixante-cinq ans et note dans la première phrase : « Les grands génies de la science devancent trop leurs contemporains pour en être goutés. Aussi, d’autant plus méconnus pendant leur vie qu’ils s’élèvent davantage au-dessus de la foule, laissent-ils aux siècles à venir le soin d’apprécier leurs vues et d’en marquer la portée ».

4 octobre 1912

Décès d’Augustin Mouchot, à 87 ans. Obsèques à St Lambert de Vaugirard et inhumation au cimetière de Bagneux le 7. Moins d’un an plus tard, le conseil municipal de Tours donne le nom  « Augustin Mouchot » à une rue du quartier Beaujardin.

Citer ce billet: «  Augustin Mouchot en 10 dates », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 17/05/2020, https://mouchot.hypotheses.org/315.

Auteur : Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.