Les rues d’Augustin Mouchot 3 : Tours

Le 22 octobre 1864, ayant demandé Nevers ou un lycée voisin, Augustin Mouchot est nommé professeur de mathématiques au lycée impérial de Tours.

Moins d’un mois plus tôt, le 17 septembre, pour la première fois, son nom a été prononcé durant la séance hebdomadaire de l’Académie des Sciences, à Paris, à propos des expériences d’Alençon, en 1861.

L’héliopompe, qui semblait un jouet, vient d’entrer dans l’Histoire : Sur les effets mécaniques de l’air confiné, échauffé par les rayons du soleil ; par M. Mouchot

Augustin Mouchot, en cet automne où il arrive à Tours, commence à sortir de l’ombre.

Le théâtre de Tours

On ne sait pas si il est sensible à la gloire, si il espère entendre les trompettes de la renommée. Il est toujours seul, et a d’abord comme ami un collègue, pionnier de la météorologie, Maurice de Tastes.

Rue Bernard Palissy. La maison d’Augustin Mouchot est à gauche, aux poubelles jaunes, et une entrée arrière du parc de la préfecture à droite

Comme à Alençon ou presque, sa vie se joue dans un quadrilatère de quelques centaines de mètres de côté à peine. La cathédrale, la préfecture, le lycée et au milieu, le 4 de la rue Bernard Palissy, la plus célèbre adresse de l’innovateur solaire. 

Une ville calme aux maisons blanches, une cathédrale à deux pas qui touche au ciel : Augustin Mouchot n’a pas du y être mal dans sa petite maison, celle d’où il partira une quinzaine d’années plus tard pour sa mission en Algérie, son grand moment, son apothéose.

Le vis-à-vis d’Augustin Mouchot, en face du 4 rue Bernard Palissy

Car c’est à Tours, avec l’aide du Conseil Général de l’Indre-et-Loire, il faudra y revenir, qu’Augustin Mouchot réalise son premier prototype durable – les récepteurs expérimentaux de Meudon ayant disparus -, au tout début des années 1870.

En 1978, à près de cent années exactement, un petit nombre de ses admirateurs et disciples appose une plaque de marbre blanc au 4 rue Bernard Palissy. Pour rappeler l’importance, au milieu des années 1860 de notre ère, de cette jolie bicoque. 

« Passant, freine le pas, dans cette maison s’est joué une bifurcation du monde ».

Ils n’osent le dire en ces mots, bien entendu, les fondateurs de «  l’AFAM » , alors toute récente, « l’Association Française Augustin Mouchot », la première à se donner un nom d’honneur du patronyme du fils de serrurier.

Ce sont de vrais scientifiques, ces passionnés d’Augustin, les pointures solaires françaises du moment.

Il y a Félix Trombe (1906-1985), le spéléologue-résistant du Sud-Ouest, directeur de recherche au CNRS et apôtre infatigable des grands fours solaires de Mont-Louis puis d’Odeillo.

Et puis aussi Marcel Perrot (1908-2006), l’ancien professeur à l’Université Alger, le ménestrel des « héliotechniques » modernes, en même temps que président-fondateur de la COMPLES, un « machin » aurait dit le Général De Gaulle, la « COopération Méditerranéenne Pour l’Energie Solaire ».

Un beau projet, logique.

Au musée de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de Semur-en-Auxois, ville natale d’Augustin Mouchot

Il est possible qu’ils se reconnaissent un peu dans le destin d’Augustin Mouchot, ces Tombe et Perrot, ces savants solaires du siècle suivant.

Malgré la forme d’embellie que connaissent alors leurs activités de vie, dans cette période de la fin des années 1970 où l’on se prend à rêver, ou presque, d’un ministère de l’énergie solaire.

Ils mesurent déjà, aux seuils de leurs retraites, que rien n’est gagné.

D’ailleurs Marcel Perrot le dit, par l’inconscient, en préface de la réédition de l’ouvrage d’Augustin Mouchot, en 1980, la seule qui ait jamais eu lieu. 

« Nous avons voulu … contribuer, en cette période de crise énergétique, à ce que l’oubli et l’ingratitude n’ensevelissent plus des œuvres et des initiatives de qualité indispensables au développement scientifique, technique et éthique de la communauté humaine »

Il a raison Marcel.

La petite maison de Tours mérite un regard, une pensée.

Et ils n’ont pas du réfléchir beaucoup les garnements ou les soulards qui ont jeté des pierres pour casser la plaque du 4 rue Bernard Palissy. Et manquer, de peu, d’y réussir. 

On a laissé passer, à Tours, pour la réparation, l’occasion du cent-cinquantenaire de la parution de La chaleur solaire et ses applications industrielles.

Et dans la France entière, nul n’a souhaité son anniversaire au grand livre d’Augustin Mouchot, publié pour la première fois dans la ville, en 1869.  

Edition de Paris de l’ouvrage d’Augustin Mouchot

Après la plaque cassée par le livreur de Semur-en-Auxois (voir notre billet), cela fait deux.

Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Et si il y a un « monde d’après », un jour, à la suite du confinement de 2020, souhaitons qu’Augustin Mouchot retrouve ses plaques.

En attendant qu’on l’entende.

Et qu’on lui élève des statues. 

Citer ce billet: «  Les rues d’Augustin Mouchot 3 : Tours », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 09/05/2020, https://mouchot.hypotheses.org/211.

Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.