Nous sommes tous confinés avec Augustin Mouchot

Nous ne le savons pas encore, ou pas toujours, mais notre premier voisin est mort en 1912.  A Paris, seul, alors qu’on lui avait retiré son épouse pour la seconde fois et pour la jeter aux asiles. Le commissaire du 15e, la Préfecture de police avaient prétendu confiner Pierrette pour protéger le vieil homme qui allait sur ses 84. Mais c’était lui, un peu sourd, demi-aveugle et impotent, qui était rendu à la solitude sans sortie d’une petite chambre mal éclairée. 

Augustin et Pierrette étaient sans enfant. Il l’avait épousée en 1899, 16 ans après l’avoir rencontrée en Algérie, où elle avait à peine la trentaine.

Officiellement, elle était devenue la gouvernante du cinquantenaire, un prof du secondaire fana d’énergie solaire auquel la « commission des missions scientifiques » du ministère de l’Instruction publique avait lâché, trois ans durant, un détachement en résidence à Alger la blanche.

Avec quelques poignées de billets, pour construire et tester ces « insolateurs » dont il s’était fait le pionnier : petits et moyens fours solaires, distillateurs et moteurs à vapeur fonctionnant à la « houille d’or », l’étalon-or de l’énergie, la monnaie sans fin de Phébus.

Augustin Mouchot pensait pouvoir préparer l’après-charbon, aider l’Afrique.

Il aurait pu nous sauver tous.

Ses moteurs propres avaient 160 ans d’avance.

Malgré quelques brefs succès, une commission ministérielle, puis la promesse de nouvelles mines dans le nord et l’est de la France, avaient tout enterré.

Son solaire pouvait attendre.

Il avait fallu se faire aux fumées et revenir, avec Pierrette, de l’outre-méditerranée. Se retirer du jeu.

Comme nous, il était alors resté confiné.

Le 56 rue de Dantzig aujourd’hui

Vingt-neuf ans pour lui, 56 rue de Dantzig, Paris 15e, alors que la grande asphyxie commençait à peine.

Vingt-neuf à asphyxier à petit feu, le nez dans les mathématiques.

La fin du soleil.

Avec notre confinement, le prix des roches pétrolifères baisse comme rarement.

Pourtant, il est probable que l’on brûlera deux fois, demain, ce que nous n’avons pas rejeté dans l’atmosphère aujourd’hui.

On aidera même, selon toute vraisemblance, par milliards, les pollueurs.

Deux confinements en cachent donc au final un autre, le plus grand, l’immense et implacable.

Cela fait-il rire le premier grand visionnaire de l’énergie solaire ?

La planète tousse chaque année plus fort.

Mais il n’y aura pas d’armée de blouses blanches.

Pour sortir de cet autre grand confinement, celui des fumées et du CO2, il n’y a qu’un seul vaccin : changer d’énergies, transformer nos imaginaires et nos pratiques. 

Comme toute chose sur cette terre cela est possible.

Augustin Mouchot, le premier, l’avait compris.

Citer ce billet: «  Nous sommes tous confinés avec Augustin Mouchot », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 08/04/2020, https://mouchot.hypotheses.org/58.


Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search