Les rues d’Augustin Mouchot 4 : Alger

On ne dira pas ici tout ce que fut Alger, son azimut suprême, pour Augustin Mouchot.

Faut-il dire Alger, d’ailleurs, ou bien l’Algérie, le pays d’Alger tout entier, ses ciels de feu et son réacteur solaire ?

La première fois qu’il s’en approche, c’est en avril 1877. On l’imagine débarquant dans une aube de rose, la fraicheur saline du port et les parfums de dattes.

C’est la première fois qu’il s’approche autant de son soleil, le Bourguignon-Tourangeau. Qu’il quitte les matins de traine, la Gaule humide.

A 52 ans, ce n’est pas tôt pour une apothéose.

La grande et ultime bouffée de solaire, son zénith et ses éblouissements, avant la déchéance, la ruine, et les trois décennies d’agonie parisienne.

Il ne faut pas avoir raison trop tôt.

Ni surtout sans en avoir les moyens, sans avoir les reins solides, ou un associé bien fourni.

Auquel cas il importe peu de se tromper ou non.

C’est la règle en innovation des énergies, comme ailleurs. 

L’Alger-Algérie d’Augustin Mouchot, vu de notre futur, projette deux grands rayons de lumière qui semblent nous traverser, nous accrocher à peine, et se perdre dans un lointain que nous apercevons difficilement, ou pas du tout encore.

Tels deux immenses projecteurs surgis de la grande montée de l’ère carbonifère, ces deux grands résultats d’outre-méditerranée du professeur-soleil un peu loufoque éclairent chacun, et complémentairement, la réalité de l’énergie solaire.

L’un par la preuve empirique de l’abondance.

L’autre par la preuve pratique de la captation potentielle. 

Augustin Mouchot va trouver l’abondance solaire sur les chemins d’une Algérie d’oasis et de poussière.

Quatre mille kilomètres à dos de mulet, une odyssée qui excède de beaucoup les obligations d’un missionné de l’Instruction Publique. Un tour du territoire comme pour faire le tour du rêve. 

Relevés solaires d’Augustin Mouchot en Algérie extraits de l’ouvrage de Louis de Royaumont.

« C’est d’un autre charbon qu’il se chauffe, cet homme là », ont-ils du penser dans les bleds des plaines et des montagnes.

Au point, écrira Augustin Mouchot lui-même, de lui avoir toujours fait très bon accueil, et d’avoir apprécié, au-delà du prévisible, ses machines à soleil.

Parcours approximatif d’Augustin Mouchot.

Le 10 août 1877, racontera dix ans après sa mort un journaliste d’Alger, il serait monté au sommet du Chellah (ou Chéliah, après Tkoud) avec le Cheih Ouled-Amza, qui le conduit lui-même au sommet de la montagne, 2328 mètres.

Puis ce sera le Tougourt, un peu après, 2500 mètres.

Relevés en fonction des altitudes maximales extraits du livre de Louis de Royaumont.

Il faut savoir monter pour toucher son soleil.

Il faut savoir cracher ses poumons, avaler des tonnes de poussière.

Pour laisser un petit rien derrière soi. Un peu plus que celle où chacun retourne.

Augustin Mouchot touche son soleil durant ces semaines.

Puis dans les mois qui suivent.

Il touche un autre monde.

Village de Moghar-Foukani en 1877, au moment du voyage d’Augustin Mouchot, près de la frontière algéro-marocaine. Image prise par la colonne militaire du Général De Flogny.

Il est possible que ce soit là, ou durant une autre équipée, même moins lointaine, qu’il ait attrapé cette vilaine infection d’oreille qui le laissera à demi-sourd.

Celle qui justifiera, sur certification médicale, sa mise en retraite trois ans plus tard.

Moghar-Foukani, 1877.

L’autre rayon solaire algérien d’Augustin Mouchot, la preuve pratique de la captation, se confond avec l’aventure de l’Exposition Universelle de 1878.

C’est d’Alger que part en effet le projet du gigantesque réflecteur, avec un peu d’argent «  du territoire » , comme on dirait aujourd’hui, et l’idée de se poser au pavillon algérien, à côté de la mosquée et des palmiers qui viendront bientôt, pour quelques mois, prendre l’air de Paris.

Photographie par Louis de Royaumont des appareils Mouchot à Alger, en 1883. Il s’agit de la seule photographie d’époque des appareils que l’on connaisse.

Le triomphe et la preuve pratique issus du séjour algérien c’est aussi le moment où Augustin Mouchot a dû croire l’avoir trouvé, son deuxième homme, son collaborateur pratique et financier, son associé.

Le jeune ingénieur centralien Abel Pifre, il l’écrira, le seconde puissamment, et le travail de l’un est en train de devenir aussi celui de l’autre.

Abel lancera bientôt une société pour commercialiser la chaleur solaire. Mais il fera une vraie fortune, plus tard, dans les ascenseurs.

Image extraite de l’ouvrage de Louis de Royaumont.

« Villa Bauer, Climat de France », est la seule adresse que l’on connaisse d’Augustin Mouchot à Alger. Une maison prêtée dans un quartier résidentiel où monte la fraîcheur d’un vallon boisé.

Une terrasse, surtout, il l’écrira dans ses lettres, où étaler ses bouilloires, ses distillateurs, et tous ses creusets à soleil.  

Le quartier de Bouzareah près d’Alger, à l’époque où séjourna Augustin Mouchot, avec ici une éolienne.

Il a dû s’en rêver des siestes à refaire le monde par le solaire, dans cette maison, durant ces années.

Pas pour lui seul.

Pour en aider d’autres.

Pour fournir de la pression aux travaux d’irrigation des champs.

Pour de la distillation, de la petite chimie et de la petite industrie, qui tournent à la chaleur et à la force mécanique.

Un peu comme la serrurerie du père, jadis, à Semur. 

Mais les preuves accumulées ne suffiront pas.

Le plaidoyer sans failles se retourne presque contre lui-même et l’on écrit, à Paris, que puisqu’il s’agit désormais d’applications pratiques, proto-industrielles, et non de découvertes, d’explorations solaires, on se trouve désormais hors de l’orbite de l’Instruction Publique, et que le ministère ne peut plus abonder aux machines à merveilles, malgré les nouvelles promesses, l’électricité thermo-solaire, la décomposition de l’eau et la production d’hydrogène, qu’il ne faut plus sursoir, et couper les vivres.  

Augustin Mouchot demande sa mise en retraite un mois après la nouvelle du non-renouvellement de la mission.

Il quitte définitivement l’Algérie en novembre 1881.

Avec Pierrette Boitier, comme on le lit dans les archives de la Préfecture de Police de Paris, son épouse, finalement, dix-huit ans plus tard.

Quatre ans, c’est à la fois peu et beaucoup pour vous bouturer-clôturer une vie.

Pour y poser le point d’exclamation, d’interrogation, le point nodal.

Celui qui donne tout, le sens du début et de la fin, de l’avant comme de l’après.

Et même de l’au-delà. 

Citer ce billet: «  Les rues d’Augustin Mouchot 4 : Alger », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 17/05/2020, https://mouchot.hypotheses.org/319.

Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.