Les rues d’Augustin Mouchot 2 bis : Rennes, l’intermède

On ne sait rien des deux années et demi que passe Augustin Mouchot au lycée de Rennes. Trop d’eaux, en Bretagne, sans doute, pour le solaire. 

Le directeur de l’atelier d’étude d’artillerie de Napoléon III à Meudon, Auguste De Reffye, l’écrit de sa propre main en janvier 1864, au célèbre ministre de l’Instruction Publique Victor Duruy.

La lettre est restée dans le dossier personnel d’Augustin Mouchot.

« M. Mouchot travaille avec moi sur une question qui a mérité l’attention de l’Empereur, celle de l’emploi de la chaleur solaire pour l’élévation des eaux, il désirerait pouvoir travailler sous un climat plus chaud que celui de Rennes, à ce motif très légitime se joint aussi le désir de se rapprocher de sa famille dont il est le soutien ».

Le climat et la famille, deux raisons impérieuses.

Le rapport d’inspection de l’Instruction Publique du mois de mai suivant précise : «  père, mère et sœursune famille nombreuse… sa position pourrait être améliorée ».

Pour un fils de serrurier, dans la France du Second Empire, De Reffye est le type d’appui qui compte.

Il s’agit aussi de l’un des rares indices sur la personnalité de l’Augustin Mouchot de cette époque, le trentenaire célibataire, un peu original, excessif même parfois, qui est en train de basculer dans le solaire.

Après la collaboration avec « l’habile ouvrier » Jean-René Villatte, le voisin d’Alençon, Jean-Baptiste Auguste Verchère de Reffye (1821-1880), de son nom complet, est un autre calibre de relation, un autre atout dans une société à pistons.

Une forme de savant botté, un chercheur-administrateur sous uniforme. L’inventeur fameux d’une mitrailleuse.

Mais qui aime aussi l’étude, la sensibilisation démocratique à la science, les Gaulois, l’archéologie nationale.

Jean-Baptiste Auguste Verchère de Reffye tel que sur la page du ministère de la Culture qui lui est consacrée : https://archeologie.culture.fr/sources-archeologie/fr/jean-baptiste-auguste-verchere-reffye-1821-1880

Verchère de Reffye refait en grand des machines du temps de Vercingétorix.

Il a de quoi s’entendre avec le professeur de mathématiques supérieures curieux des machines à soleil.

Et il semble bien avoir apprécié Augustin Mouchot, d’autres indices l’attestent.

Les ateliers d’étude d’artillerie et haras nationale de Meudon à l’époque d’Augustin Mouchot

Comme les remerciements que lui adresse ce dernier au début de son ouvrage de 1869.

Ou comme le fait que ce soit aux ateliers qu’il dirige que seront réalisés les deux premiers grands récepteurs solaires de l’histoire moderne, qui disparaîtront durant le siège de Paris en 1870.

Les fonds du génie, de l’artillerie et du service géographique des armées, situés au fort de Vincennes, non plus que le Centre des archives de l’armement et du personnel civil de Châtellerault, comme me l’ont écrit Mesdames Claude Ponnou et Martine Destouches, des services historiques de la Défense, ne conservent pas trace semble-t-il des expériences ou matériels d’Augustin Mouchot, ni même de l’atelier d’études balistiques impérial de Meudon.

On ne connaît pas la rue où a résidé Augustin Mouchot à Rennes.

Sa balistique solaire, soutenue de la balistique guerrière de De Reffye, y a fait un passage trop bref pour mériter d’être inscrit au fronton des rues azimutales de son existence.

Pourtant, dans le sous-sol de l’Histoire, du 7 février 1862 au début du mois d’octobre 1864, quelque chose se sera écrit.

Un peu plus plus qu’un simple intermède. Ou qu’une vie de prof solitaire.

Entre les averses et les Kouig Amann.

Réflecteur articulé du cabinet de physique de Lavoisier
Citer ce billet: «  Les rues d’Augustin Mouchot 2 bis : Rennes, l’intermède », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 09/05/2020, https://mouchot.hypotheses.org/269.

Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.