Les rues d’Augustin Mouchot 2 : Alençon

Augustin arrive au lycée impérial d’Alençon, professeur de mathématiques pures et appliquées, en septembre 1853.

Le 4 mars 1861, à 1h30 minutes, à la préfecture de l’Orne, il déposera son premier brevet : Pour un appareil dit : héliopompe, destiné à élever les eaux.

C’est assez dire ce qui se joue en une brève décennie à peine, puisqu’il partira pour Rennes au début de l’année suivante.

Alençon est et restera la ville de l’éveil solaire. 

Le début d’une curiosité, d’une passion, d’une vocation. 

Dessin de l’héliopompe dans le livre d’augustin Mouchot paru en 1869. B est un réservoir de fonte peint en noir. Sur E reposent les deux parois de l’enveloppe de verre.

Cette passion est entamée sans doute rue du Collège, n°2, où Augustin Mouchot est mentionné locataire jusqu’au recensement de 1855.

Rue du collège. Le 2 est à droite au début et le bâtiment fait l’angle.

Chez un Monsieur «  Bourgeois » , ancien notaire, cela ne s’invente pas. (Nous devons toutes ces précisions à Matthieu Le Goïc, conservateur aux Archives départementales de l’Orne).

2 rue du Collège

La façade imposante de cette rue voisine, ou presque, comme toutes celles où il va résider, du grand lycée enlevé aux Jésuites depuis un peu plus d’un siècle, sent le provisoire. Pour un célibataire un peu solitaire, titularisé en son poste en 1856, à 31 ans.

D’ailleurs il migre assez vite, au 2 rue de la Chaussée, toujours chez le même propriétaire. 

L’endroit a disparu, mangé par un parking, et ne restent que les numéros impairs, l’en-face d’Augustin pour 2 ou 3 ans à peine.

25 rue de la Chaussée

Il en part à une date imprécise, mais à coup sûr avant 1860, pour un dernier abri dans la ville, le plus à son image sans doute.

Une petite porte donnant sur une ruelle qui file directement au lycée.

L’ancienne rue de l’Emulation. L’ancien collège des Jésuites, devenu lycée impérial, est tout proche

La rue est débaptisée en 1915 pour devenir « du Lieutenant Camille Violand 1891-1915 », un frère parmi un million de celui qui prendra vers la même date la place d’Augustin dans sa tombe, trois ans à peine après que l’on y ait allongé ses vieux os.

L’église-bibliothèque du lycée, qui contenait déjà au temps d’Augustin Mouchot plus de 16000 ouvrages, certains très anciens et très rares

Mais pour Augustin en 1860 c’est encore une courette fermée, un escalier découvert, et deux pièces en étage où rêver.

Un ensemble que l’on devine bien pratique pour les premières machines à soleil.  

Nous sommes au n°1 rue de l’Emulation.

1 rue de l’Emulation

Un œil de l’avenir mutualiste nous y regarde aujourd’hui encore. 

Et c’est vrai qu’il faut y croire…

Et c’est vrai que c’est bien le moins qu’il faille, un nom pareil…

Pour espérer sortir une once de l’avenir de l’énergie du fond des mines.

Pour renverser, ne serait-ce qu’un petit peu, la vapeur vers le ciel. 

Un homme, au moins, croit à ce Mouchot d’Alençon et du tout début des années 1860.

« Un habile et intelligent ouvrier, M. Villate », comme l’a écrit Augustin Mouchot lui-même dans son livre.

Un ouvrier du métal, comme son propre père, grâce au concours duquel il réalise ses premières expériences.

Jean-René Villatte, ferblantier de son métier, est un voisin, à quelques rues, né le 7 février 1818 à Bais en Mayenne, le même âge ou presque, marié depuis 1847 à Louise-Anne Biseau, ouvrière en robes, avec laquelle il élève un petit Georges, fils unique, qui décèdera à 25 ans, en 1873.

Les Villatte sont au 40 rue aux Cieux, devenue la rue aux Sieurs, où Richer-Levêque, qui détient la filature d’Ozé à Alençon, leur loue un appartement, pour un loyer de 30 francs, ainsi qu’une boutique pour 70 francs, et il est possible, nous écrit Matthieu Le Goïc à nouveau, mais ce n’est là qu’une hypothèse, que Jean-René, dès cette époque, ou un peu plus tard, soit embauché à l’usine textile, puisque la construction et la maintenance d’une filature nécessitent l’emploi d’un ferblantier.

Il est possible aussi, mais ce n’est aussi qu’une hypothèse, qu’Augustin Mouchot préfère s’amuser à construire une première pompe solaire thermique, et la compagnie Jean-René Villate, plutôt que de dîner ou traîner en ville. 

Figure extraite de l’ouvrage d’Augustin Mouchot, reprise d’une histoire naturelle de 1551

Il est certain en tout cas que sa faible urbanité, son absence d’intérêt aux mondanités entre collègues, son célibat, sont les seules réserves que l’on trouve dans les rapports d’inspection effectués annuellement sur chaque enseignant, ou dans les remontées au rectorat du proviseur, une fois par mois, on ne rigole pas à l’époque.

Le lycée impérial d’Alençon

A Alençon, comme ailleurs, il aime les élèves, Augustin.

Ses inspecteurs l’ont dit, répété, vingt ans durant, on le lit dans les archives. Il parle un peu fort, parfois, il en demande trop, on ne le voit guère en ville.

M. Mouchot, professeur-adjoint de mathématiques, pures et appliquées, chargé de la direction des travaux graphiques. Jeune professeur plein d’avenir, qui apporte dans les divers enseignements dont il est chargé beaucoup de zèle, d’activité et d’intelligence ; digne de remplacer, au grand avantage des élèves, son collègue M. Mouël, si celui-ci est appelé à d’autres fonctions. Dans tous les cas je demande le maintien de M. Mouchot dans le lycée, et je me fais un devoir de solliciter de nouveau pour lui au moins une promotion à la troisième classe. (Appréciation du proviseur, archives départementales de l’Orne)

Mais sa classe de mathématiques supérieures tourne comme une horloge, il est le plus aimable des collègues, et il transpire la passion à expliquer son solaire.

Un jour même, l’anecdote est rapportée à sa mort, il explique au préfet en tournée avoir petit-déjeuner au matin de deux œufs cuits au soleil. Le fonctionnaire s’écarte d’un air dégoutté, pense au fou. On lui a appris à se méfier de l’utopie, des gens à système, à idéal. 

Augustin Mouchot ne cessera plus dès cette époque de déranger.

Modèle de la première marmite solaire d’Augustin Mouchot. La double enveloppe de verre du bocal, comme toujours, piège la chaleur qui s’emmagasine dans le métal noirci du récipient intérieur

La belle ossature de la halle aux grains d’Alençon est achevée deux ans après le départ de la ville d’Augustin Mouchot.

Une architecture solaire, la lumière naturelle, la légèreté, une technique précise mais simple, et qui reste au service de la vie des hommes. 

L’intérieur de la halle aux grains d’Alençon

Ce sont les mêmes objectifs qu’Augustin Mouchot va bientôt aller poursuivre à Rennes, puis à Tours.

Il a 37 ans, et il lui reste vingt années encore pour connaître son zénith.

Puis s’enfoncer lentement dans l’ombre.

Citer ce billet: «  Les rues d’Augustin Mouchot 2 : Alençon », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 01/05/2020, https://mouchot.hypotheses.org/118.

Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.