Les rues d’Augustin Mouchot 1 : Semur-en-Auxois

C’est par ses rues, peut-être, que l’on peut le mieux commencer à s’approcher d’Augustin Mouchot.

Et pas seulement par celle du confinement final, celle dont nous avons déjà parlé, la rue de Dantzig, Paris 15e, la rue des plus de vingt années d’attente de l’éclipse totale. 

Non, par les autres aussi, les quatre rues principales dans lesquelles il a vécu, rêvé, espéré et souffert, et qui sont comme quatre grands azimuts de son existence.  

La première est la rue de l’enfance, bien entendu, là où tout commence et s’enracine.

Semur-en Auxois, Bourgogne, la petite maison dans le virage de la dernière pente, qui arrive au plateau.

Semur-en-Auxois en 2019

La maison natale, celle qu’acquiert François-Saturnin, le père, serrurier, fils d’un laboureur de Vignes, dans l’Yonne.

Marié le 7 février 1813 à Marie Roussin, fille d’un coutelier de Semur rencontrée lors de son apprentissage, six enfants au total.

Et un Augustin, celui qui traverse les frontières.

La maison natale d’Augustin Mouchot

Augustin Mouchot a été un bon fils.

Il a mené et réussi des études bien au-delà de tout ce que pouvaient imaginer ses parents.

Il s’est autofinancé pour réussir deux licences, « ès-sciences mathématiques » et « ès-sciences physiques », dans un temps où nul enfant d’ouvrier n’accède aux études secondaires.

Ensuite, il a été le soutien de son père veuf et des ses jeunes sœurs, et il a même demandé à être rapproché de la Bourgogne par l’administration de l’Instruction Publique pour cela.

Son frère aîné, dont on ne sait rien, aurait mangé le peu de bien familial, en voulant monter trop vite. 

Les frontières que va traverser Augustin, comme toutes celles qui nous entourent, sont celles du monde et des hommes, celles de la science et des conventions, celles des choses inconnues et des idées toutes faites.

Soulager les gens ordinaires et les travailleurs de force d’une énergie gratuite, faire utile plutôt que faire fortune, appliquer simplement au réel la si belle thermodynamique des livres…

Sa vie durant, le fils de serrurier, c’est à ces soleils-là qu’il se vouera le plus. 

La rue de l’enfance est la rue du départ et du lancement, la fondation où l’on reprend pied, le sol dur, comme le roc sur lequel s’élèvent les fortifications de Semur.

Il n’en perdra du coup jamais la tête, Augustin.

Mais il ne revivra jamais à Semur après son départ, en 1846, pour le collège d’Autun.

Une plaque sur sa maison natale a existé avant qu’un camion de livraison ne la brise en manoeuvrant

A 21 piges, il est balancé dans le monde, sept années de pionnicat et de travail solitaire du soir à venir.

Pour sortir, enfin, le baccalauréat « ès-sciences » et les deux licences en poche, un premier poste, le 1er septembre 1853, au Lycée impérial d’Alençon.

Semur au temps d’Augustin
Citer ce billet: «  Les rues d’Augustin Mouchot 1 : Semur-en-Auxois », par Frédéric Caille. Publié sur Augustin Mouchot, 01/05/2020, https://mouchot.hypotheses.org/103.

Frédéric Caille

Maitre de conférences HDR en science politique, Université Savoie Mont Blanc Laboratoire Triangle ENS Lyon UMR 5206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.